• Si on perd notre innocence -inné-haut-sens, on perd notre capacité à rayonner. Si nous aimons les enfants c’est qu’ils ont cette Force de rayonnement naturel, l’adolescence approchant, souvent des voiles de protection anti-U-V s’installent... anti-Ultra-Vulnérabilité? L’Être Solaire existe en chacun de nous, on ne lui demande pas de rayonner, il brille toujours. On ne demande pas au soleil de briller, il brille, ensuite des nuages ou sa position par rapport à nous, nous feront sentir sa présence. Les voiles ou les murs de protection que nous érigeons liés à nos croyances et conditionnements nous privent d’un rayonnement profitable à ceux et ce qui nous entourent, nous privent donc d’un spectacle de toute beauté dès lors que nous RÊ-chauffe-ON notre environnement par notre Présence. Atteindre cet état d’être lorsque nous l’avons perdu, c’est retrouver l’innocence de l’Âme d’Enfant... celle qui grandit dans la conscience Super-Rieure entre le Père-Ciel, le Fils rayonnant ce Roi Soleil et le Saint-Est-ce-Prix? A méditer en nos bas-Saints afin de vibrer en nos Père-innés à la Juste Fréquence la clé de nos accords. 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Le véritable S.A.G.E n’est pas celui qui enseigne mais celui qui O.S.E expérimenter sa vie en s’abandonnant aux nouvelles expériences et non en les contrôlant ou les évitant. Nous sommes des enfants de l’Univers dans une grande cour de récréation cosmique où l’apprentissage de nos vulnérabilités seront la Force de nos maîtrises... L’enfant devient maître (-M-ÊTRE-il aime Être) lorsqu’il s’abandonne à ses expériences sans se laisser influencer par les peurs et conditionnements de ses parents. Ainsi, adulte, nous devenons maître de l’univers si nous nous abandonnons au flux de la vie entre Ciel et Terre, en totale confiance entre ce Père, Essence-Ciel et cette Mère-Terre, nourricière ! 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ce qui me fait sentir d’un point de vue du mental, supérieur à l’animal c’est que je suis dotée de la raison. D’un point de vue énergétique l’animal est bien supérieur à l’homme puisqu’il ne fonctionne pas avec son mental mais avec son instinct, ainsi il est spontané et authentique et continuera à vous aimer même si vous le battez. Effectivement la raison nous permet de réguler nos instincts de prédateurs, on pourrait alors imaginer un monde sans violence si tout le monde utilisait son discernement. Certains se poseront la question « Dois-je me contenir de mettre une claque à mon enfant lorsqu’il vient de frapper un autre enfant, dois-je répondre à la violence par la violence ? » D’autres se diront «Comment puis-je accompagner mon enfant quand son instinct le pousse à frapper un autre enfant? » D’autres enfermeront l’enfant en question dans un placard pour le punir... tant de possibilités s’offrent pour une même situation dans les réactions d’un humain censé être « doué de raison » mais parfois aveuglé par ses émotions, ses peurs, son éducation. Ce mental est finalement bien plus destructeur que ne pourrait l’être l’instinct de l’animal, qui lui, ne tuera pas pour le plaisir de voir souffrir mais pour se nourrir, se défendre ou par accident. Alors si certains ont déjà du mal à contenir cette violence ordinaire qu’en est-il de la violence faite aux animaux pour nous obéir ou nous nourrir? Finalement ce n’est pas tant le fait d’être un humain par rapport à l’animal qui nous rend supérieur mais la conscience d’être un Être vivant parmi d’autres Êtres vivants qui se doivent un respect mutuel. Cela s’appelle la Conscience Supérieure. Le jour où l’on se pose cette question du respect entre tous les Êtres, la raison embrassant l’intuition nous nous autorisons à évoluer. Sans se culpabiliser des erreurs de notre passé nous nous permettons d’avancer vers un amour inconditionnel où toutes formes de vie a sa raison d’être. Albert Einstein l’avait compris et c’est bien en cela qu’il était un génie, doué de raison au service de son intuition. Et désolée pardon merci je t’aime (hooponopono) si nous faisons encore des erreurs...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Dans cette transition énergétique que nous vivons, il est souvent question de la fin du Patriarcat. Le calendrier Maya évoquait la fin d’une Ère, fin 2012, et non pas la fin du monde comme ont voulu nous aveugler les médias. Les Mayas ont voulu eux nous RÂ-peler l’émergence du Matriarcat où le Féminin Sacré allait reprendre les rennes de sa Vie. À entendre, émergence de l’intuition (fruit du coeur universel) mise en avant pour accoucher de la raison (fruit du cœur physique). Mais des millénaires de conditionnements et croyances liés au patriarcat ( le masculin, l’homme, la force, la raison) provoquent des peurs, du stress, dépressions pour laisser véritablement se positionner le féminin (Fée-mine-Un) la femme (Fée-Âme), l’Amour, l’intuition... Aussi il est UN-portant de s’abandonner à faire confiance à plus petit que soi, véritable lâcher-prise du mental qui ne cesse de vouloir toujours tout comprendre au détriment du coeur qui sait ce que le mental comprendra plus tard. Alors vivre une histoire d’amour avec son Âme c’est en faire sa Muse, une Source d’inspiration où la co-naissance est de mise pour mourir à son mental et reNaître au coeur de l’Esprit... une Mère-veilleuse danse Père-Man-hante où ON s’ÂME-MUSE

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique