• Quel Être-Ange homme-Mage à Christophe Colomb!

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Ce qui me fait sentir d’un point de vue du mental, supérieur à l’animal c’est que je suis dotée de la raison. D’un point de vue énergétique l’animal est bien supérieur à l’homme puisqu’il ne fonctionne pas avec son mental mais avec son instinct, ainsi il est spontané et authentique et continuera à vous aimer même si vous le battez. Effectivement la raison nous permet de réguler nos instincts de prédateurs, on pourrait alors imaginer un monde sans violence si tout le monde utilisait son discernement. Certains se poseront la question « Dois-je me contenir de mettre une claque à mon enfant lorsqu’il vient de frapper un autre enfant, dois-je répondre à la violence par la violence ? » D’autres se diront «Comment puis-je accompagner mon enfant quand son instinct le pousse à frapper un autre enfant? » D’autres enfermeront l’enfant en question dans un placard pour le punir... tant de possibilités s’offrent pour une même situation dans les réactions d’un humain censé être « doué de raison » mais parfois aveuglé par ses émotions, ses peurs, son éducation. Ce mental est finalement bien plus destructeur que ne pourrait l’être l’instinct de l’animal, qui lui, ne tuera pas pour le plaisir de voir souffrir mais pour se nourrir, se défendre ou par accident. Alors si certains ont déjà du mal à contenir cette violence ordinaire qu’en est-il de la violence faite aux animaux pour nous obéir ou nous nourrir? Finalement ce n’est pas tant le fait d’être un humain par rapport à l’animal qui nous rend supérieur mais la conscience d’être un Être vivant parmi d’autres Êtres vivants qui se doivent un respect mutuel. Cela s’appelle la Conscience Supérieure. Le jour où l’on se pose cette question du respect entre tous les Êtres, la raison embrassant l’intuition nous nous autorisons à évoluer. Sans se culpabiliser des erreurs de notre passé nous nous permettons d’avancer vers un amour inconditionnel où toutes formes de vie a sa raison d’être. Albert Einstein l’avait compris et c’est bien en cela qu’il était un génie, doué de raison au service de son intuition. Et désolée pardon merci je t’aime (hooponopono) si nous faisons encore des erreurs...

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Dans cette transition énergétique que nous vivons, il est souvent question de la fin du Patriarcat. Le calendrier Maya évoquait la fin d’une Ère, fin 2012, et non pas la fin du monde comme ont voulu nous aveugler les médias. Les Mayas ont voulu eux nous RÂ-peler l’émergence du Matriarcat où le Féminin Sacré allait reprendre les rennes de sa Vie. À entendre, émergence de l’intuition (fruit du coeur universel) mise en avant pour accoucher de la raison (fruit du cœur physique). Mais des millénaires de conditionnements et croyances liés au patriarcat ( le masculin, l’homme, la force, la raison) provoquent des peurs, du stress, dépressions pour laisser véritablement se positionner le féminin (Fée-mine-Un) la femme (Fée-Âme), l’Amour, l’intuition... Aussi il est UN-portant de s’abandonner à faire confiance à plus petit que soi, véritable lâcher-prise du mental qui ne cesse de vouloir toujours tout comprendre au détriment du coeur qui sait ce que le mental comprendra plus tard. Alors vivre une histoire d’amour avec son Âme c’est en faire sa Muse, une Source d’inspiration où la co-naissance est de mise pour mourir à son mental et reNaître au coeur de l’Esprit... une Mère-veilleuse danse Père-Man-hante où ON s’ÂME-MUSE

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Lire la Lettre en entier ICI

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • RÊ-unir le Corps et l'Esprit!

    En Orient, c'est une évidence d'unir le Corps et l"Esprit pour Vivre dans l'équilibre , c'est-à-dire au plus Juste, ce qui ne veut pas dire au mieux, car pour eux ce n'est ni bien, ni mal, c'EST ... tout simplement.

    En Occident, le Temps est à réapprendre cette évidence de l'UNION du Corps et de l'esprit , du Féminin et du Masculin, de l'Être et du Paraître, de l’intuition et de la Raison... Ainsi, il y a les humains d'un côté qui acceptent l'unité de ces polarités et leur permettent de vibrer l'instant présent sans lutter intérieurement contre l'extérieur. Ils vivent en accord avec l'Esprit, cette spiritualité qui les guide, en l'accueillant dans leurs matrices, dans leurs ventres, dans leurs bassins (bas-saints)... ils usent de leurs périnées (Père-inné) pour l’Eve-VIE-Danse! Et il y a aussi les humains qui refusent d'entendre parler de spiritualité et ne s'identifient qu'à leurs corps et à toute la matière, et la densité que cela engendre. Alors bien évidemment, les chocs, les épreuves, les maladies sont vécus dans la dureté et non plus comme une opportunité de s’élever vers plus de légèreté. Pour ceux-là, l’inspiration qui leur fait créer une œuvre d’art, relève de leur génie et ont peu de gratitude pour l’inspiration divine qui les inspire. Ils n’ont alors aucune envie de s’ouvrir ou s’en remettre à leur spiritualité car cela sous entendrait que n’importe qui pourrait en faire autant et que Nous S-ÔM Tous connectés à la SOURCE d’inspiration. Et quand on a du mal à « embrasser » l’autre avec son corps, on a aussi des difficultés à partager son savoir!Seulement, cette Source d’inspiration est intarissable et peut se démultiplier autant de fois qu’un Corps physique veut bien l’accueillir… cela s’appelle l’Amour Inconditionnel. La Mère aimante, celle qui est reliée à la Mère divine ne se demandera jamais si elle doit aimer cet enfant là plus que l’autre car son cœur est ouvert au point d’y accueillir une grande Force d’Amour avec le courage d’une battante qui se relève chaque fois que La Vie l’appelle à nouveau… ainsi, elle est éternelle !

    Lire la Lettre en totalité ICI

    Partager via Gmail

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires